Thème : La presse suisse

La Jonchère (SUI), le 12 septembre 2017 : Tensions, fusions, restructurations, la presse romande, titres et journalistes compris, vit des heures difficiles. De Zurich à Berlin, de Zofingen à Paris, les éditeurs font leurs comptes et prennent les décisions inspirées du seul compte de pertes & profits. Rationnel, cruel certes, mais un peu court et surtout surprenant de la part de managers pourtant réputés visionnaires en marketing médiatique, dont on attend un regard portant un poil plus loin que leurs rotatives.

Ces décideurs réduisent la voilure, fusionnent les contenus, taillent dans les effectifs pour, plaident-ils, retrouver la croissance, les chiffres noires. Faire plus, mais avec moins. On marche sur la tête. Imaginez un instant le plus grand génie militaire à qui on demande de gagner la guerre, tout en lui retirant ses chars et son aviation.

Revenons sur le terrain du marketing et rappelons à ces décideurs les principes de base qui régissent cette science, des vérités contenues en page une du cours numéro un, leçon une, intitulée : De l’offre et de la demande. Les ventes baissent. Et pourquoi ces chutes du lectorat ? Comme l’âne qui ne boit pas quand il n’a pas soif, le lecteur n’achètera pas un journal qu’il n’a pas envie de lire, de consulter.

(lire la suite)