Mais où est passée la qualité ?

L’opinion de : Hubert J. Gross, Photographe, Membre du Comité ANPS

Date : le 06.12.2017.

+++

Il fut un temps où les médias, et plus particulièrement les journaux, avaient recours aux services de pigistes, très modestement rétribués et qui complétaient avantageusement les articles préparés par les professionnels. Ces amateurs couvraient les événements de moindre importance et les rencontres des ligues inférieures, celles n’intéressant pas les journalistes RP. Les manifestations sportives augmentant au cours des années, ces journalistes auxiliaires se sont multipliés et ont éprouvé le besoin de se fédérer, d’où l’existence de l’ANPS.

Mais avec le temps et les mesures d’économies récurrentes, ces petits emplois ont très fortement diminué, avec pour effet que les petites manifestations n’ont plus été couvertes. De plus, Internet est passé par là ! Soit.

On a vu défiler alors à un flot d’informations non contrôlées et d’images prises par un téléphone mobile, des commentaires de tous genres non vérifiés et n’engageant pas la responsabilité de leurs auteurs ont dès lors inondé les moyens d’information jusqu’à submerger les médias traditionnels. Le flux de news de tous ces « journalistes » opérant la plupart du temps gratuitement ont contribué largement à la disparition des pigistes jugés   « trop chers ». Au final, c’est la qualité du contenu qui a souffert, la forme, le fond, la précision des données techniques, la connaissance du sport.

Dans un passé encore récent, pour faire partie de notre association, nous avions dû produire deux feuilles de salaire prouvant notre collaboration à un média en qualité de pigiste et trouver, au surplus, deux parrains déjà membres, le tout étant subordonné à l’approbation de l’assemblée générale. Récemment, Sportpress a ajouté à ces conditions la participation obligatoire à un cours de base de journalisme pour acquérir cette qualité de membre. Les photographes eux aussi proposent trop souvent des photos statiques techniquement insuffisantes, prises avec des appareils inappropriés. Où est donc passée la qualité exigible indispensable ?

Journaliste et photographe de presse sont des métiers !

Une suggestion :

Inviter les médias à consulter la liste de nos membres, leurs spécialités, leurs sports de prédilection. Notre nouveau site Internet le permet désormais. Les rédactions trouveraient ainsi auprès de nos membres un support, une assistance de qualité, fournie par des compétences avérées. Un partenariat en quelque sorte.

Une idée à creuser. HJG